Navigation Menu+

Venus

0129210_darioimbo_2021_75x18x7cm_clay_l1240-3_1

.

0129210  ©DarioImbò  2021  75x18x7cm  (clay).

 

Dario nous emmène dans un cheminement artistique bousculant nos repères temporels et géographiques et nous confronte au “nous”, une humanité sans limite. L’artiste est parti à la recherche d’un imaginaire représentatif, celui de la déesse mère, engendrant des siècles d’hommes, ici maintenant et là-bas, il y a des milliers d’années, déjà.

Le projet «Déesse Mère» étudie l’imagerie de la figure féminine, façonnée à tous les âges de l’humanité.

De la quête archéologique …

Dario est parti à la recherche des traces d’une humanité, des fragments d’une origine qui se retrouve logée des milliers d’années en arrière. Il a fait ses premiers pas sur le sujet à la Médiathèque d’études et de recherches du musée-quai Branly, au Musée de l’Homme à Paris et au Musée ethnographique préhistorique “Luigi Pigorini” à Rome.  S’est alors ouvert à lui, une humanité sans commune mesure avec nos canons actuels, en nombre, en mode de communication… mais une ère qui ancre pourtant nos origines à tous, celle des premiers hommes.

Cette quête des ascendants, au travers des traces que le temps a pu laisser de nos prédécesseurs, laisse présager des Hommes d’une réalité toute autre, et pourtant. Traces par traces, collection faite de petites statuettes, la surprise de se retrouver appartenant à une famille immense et très ancienne se profile. Mais comment comprendre et saisir l’évidence de ce tout dont nous faisons partie universellement?

Dario, souhaite se faire porte-voix, d’un héritage qui nous incombe, contemporains que nous sommes.

Ses représentations s’inspirent de ces petits objets que le temps nous a laissé, d’un usage très personnel, ils deviennent symbole d’un tout, un concentré de réalités émotionnelles et cosmologiques, une mémoire dans un amas de matière, de la taille d’un poing à peine.

… à l’évidence artistique

Dario souhaite partager l’empathie spontanée qu’il a pu éprouver pour cette humanité éloignée en temps, mais pourtant si proche. De ces statuettes, traces intimes et précieuses d’idoles féminines, il souhaite partager une appartenance globale, inhérente au développement humain.

La recherche de Dario et ses découvertes se sont faites à tatons, et au fil des évidences, l’image de cette femme universelle apparait par ci, par-là, puis ici encore, dans ces petites figurines que des mains ont modelées il y a des milliers d’années. La surprise se loge dans la diversité des géographies étudiées, des peuples éloignés les uns des autres. Réconcilier humanité, temporalité et système naturel, est une intention qui se divulgue au travers des représentations de l’artiste.

Ses recherches sont d’autant plus surprenantes que la période étudiée suppose peu de relations humaines entre groupes épars dans le temps et l’espace, sans certitude de construction de symboliques communes à cette époque. Il plonge son questionnement dans cette étude archéologique qui est rendue possible de nos jours, par les réseaux de communication, de partage d’informations sur les connaissances accumulées.

Face à l’immensité du défi et des sujets pouvant éclore de cette exploration, l’artiste s’est concentré sur cette figure féminine, exploration d’un symbole de par sa composition. L’objet parvient à prouver une réalité univoque dans une période historique et surtout préhistorique (35000 avant JC-2000 avant JC). C’est donc par la forme que l’artiste retisse ce lien universel porté par les déesses mères.

Sans s’éloigner de la matière

Dario a commencé ses recherches sur le spectre de l’Europe d’aujourd’hui, pour les étendre ensuite à toutes les zones anthropisées du globe. Attacher un pays à chacune des statuettes dans sa collection lui permet de jouer de la dissonance des subdivisions actuelles en pays, qui ne font pas écho à l’universalité traduite dans les œuvres.

Pour la réalisation technique, Dario souhaite rester en plus grande proximité possible d’outils et de matériaux, que le numérique ne saurait entraver. Par la linogravure et la taille douce directe, il utilise un processus manuel, limitant le nombre d’orignaux.

Une seule mère pour tous

L’intérêt de la démarche de Dario au travers de ses recherches et de sa création porte sur l’implication de l’homme contemporain et futur dans sa compréhension des origines. Il questionne la dissonance apparente entre les individus de conditions différentes que l’imaginaire bercerait d’un même geste.  La vitalité et la nécessité qui émanent des statuettes, et la récurrence de cette déesse mère, ont conduit l’artiste à se convaincre de l’authentique importance de cette représentation pour les Hommes.

La lecture comparative de la structure compositionnelle et sensorielle de chaque figurine saisit le processus d’abstraction qui unit étonnamment l’imaginaire symbolique des individus de civilisations lointaines, par delà les siècles et les continents.

Lorraine Petitdemange

.

0129210_darioimbo_2021_75x18x7cm_clay_l1240-3

.

0129210  ©DarioImbò  2021  75x18x7cm  (clay)

.